Accueil

Une référence en environnement

Une première visite à la MRC d’Avignon

7 octobre 2020

Dans le thème des sciences de la Terre, la MRC d’Avignon se distingue et ce depuis 1842 grâce à la découverte des falaises de Miguasha par Abraham Gesner. Longtemps un site de prédilection pour les collectionneurs de fossiles, les falaises et leurs environs furent finalement protégés par la création du Parc National de Miguasha par le gouvernement du Québec en 1985, puis nommé dans la liste du Patrimoine Mondial de l’UNESCO en 1999 (Cloutier, 2013).

C’est dans la municipalité de Nouvelle que le Parc National de Miguasha et son Musée d’Histoire Naturelle de Miguasha se trouvent. C’est d’ailleurs inscrit dans la devise de la municipalité : «Fiers de nos origines», qui fait référence à la récente découverte du spécimen complet d’Elpistostege watsoni (Cloutier et al., 2020). Mais qu’en est-il des alentours de ce prestigieux site et du reste de la MRC d’Avignon?

La MRC d’Avignon s’étend, d’ouest en est, de la municipalité de Saint-François-d’Assise jusqu’à Maria et est au cœur de la chaîne de montagne des Appalaches. Des sites intéressants y ont été identifiés il y a de cela plusieurs décennies, notamment par Ann P. Sabina dans son ouvrage de 1992 et par Éric David en 1999 : des sites qui regorgent de fossiles d’organismes récifaux et marins et d’autres sites qui en disent plus sur la flore du Dévonien. Des sorties de terrain ont pu permettre de revisiter ces sites autrement oubliés.

Non loin de Pointe-à-la-Croix, un site particulier est reconnu parmi les géologues pour la présence de végétaux fossilisés datant du Dévonien. Nous avons eu la chance de redécouvrir quelques-uns ces restes.

Ensuite, en allant un peu plus à l’est, nous avons pu découvrir d’autres restes de végétaux non-loin du Parc National de Miguasha. Ces restes végétaux sont toutefois vraiment moins structurés que ceux retrouvés près de Pointe-à-la-Croix.

Sans compter le Parc National de Miguasha, la municipalité de Nouvelle est aussi hôte d’une bonne portion d’un groupe rocheux appelé le “Groupe de Chaleurs”, ce groupe étant nommé ainsi car il est principalement présent principalement dans la Baie-des-Chaleurs. Ce groupe représente en fait un récif coralien décomposé en plusieurs strates et à certains endroits, ce récif est désorganisé, mais à d’autre endroits, celui-ci est préservé presque complètement et en trois dimensions.

Finalement, les municipalités de Carleton-sur-Mer et de Maria sont historiquement reconnues pour la récolte d’agates sur leur plage, mais lors de notre visite, aucune agate n’a pu être trouvée. Ceci étant dit, la chasse aux agates et au jaspe est aussi aléatoire que les marées qui les emmènent. C’est donc à vous de trouver ces perles!

Vous avez vu des minéraux spéciaux, des fossiles ou des falaises qui vous intriguent dans la MRC d’Avignon? Veuillez nous contacter en suivant ce lien.

Ce projet est réalisé grâce aux contributions du Gouvernement du Québec, de la Caisse Desjardins de la Baie-des-Chaleurs et du Conseil Régional de l’Environnement de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine.

  • Sabina, A. P., 1992. Roches et minéraux du collectionneur : Estrie et Gaspésie, Québec; partie du Nouveau-Brunswick. Énergie, Mines et Ressources Canada.
  • David, É., 1999. Compilation géoscientifique de sites potentiels pour le géotourisme, pour les minéraux industriels, pour les pierres ornementales, précieuses et semi-précieuses en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine. Fonds régional d’assistance à la prospection minière de la Gaspésie et des Îles.
  • Cloutier, R., 2013. Great Canadian Lagerstätten 4. The Devonian Miguasha Biota (Québec): UNESCO World Heritage Site and a Time Capsule in the Early History of Vertebrates. Geoscience Canada.
  • Cloutier, R., Clement, A. M., Lee, M. S. Y, Noël, R., Béchard, I., Roy, V., et Long, J. A., 2020. Elpistostege and the origin of the vertebrate hand. Nature.