Accueil

Une référence en environnement

L’apogée récifale fossilifère III

7 décembre 2020

Partie 3 : Gascons

Pour voir la première partie de cette série de billets portant sur les richesses fossilifères de la municipalité de Port-Daniel–Gascons, cliquez ici. Pour consulter la 2e partie, cliquez ici.

L’Anse-à-la-Barbe

Commençons notre exploration de Gascons à l’ouest, près de la rivière de l’Anse-à-la-Barbe. C’est sur la route de la Carrière, vers le sud, que Northrop (1939) décrit un site de fossiles à la carrière anciennement appelée la Carrière de l’Anse-à-la-Loutre. Cependant, depuis, c’est la cimenterie McInnis qui a acquis ce terrain, il est donc inaccessible au public.

Un autre site, tout près de celui-ci, est accessible, lui, depuis le quai de la rivière de l’Anse-à-la-Barbe.

Vue des falaises situées directement à l’ouest du quai de la rivière de l’Anse-à-la-Barbe.

Des fossiles de coraux et de coquillages sont situés tout juste dans les falaises à gauche du quai (lorsque nous faisons face à la mer, donc à l’ouest). Il y a peu de fossiles, mais très bien préservés.

Fossile de corail du genre Halysites.
Fossile de corail du genre Favosites.
Fossile de coquillage.

Au même endroit sur cette plage à marée basse, on peut également y retrouver des fossiles provenant de la même falaise. Cette même plage se continue vers l’est, de l’autre côté du quai, mais elle est plutôt inaccessible à moins d’une marée très basse à partir du quai. Il faut donc reprendre la route pour aller juste un peu plus loin, sur la route du Morne. En empruntant cette route, en longeant quelques champs et maisons, il y a un accès à la plage qui donne une superbe vue sur l’Anse à la Barbe.

Un site précis qui nous a particulièrement étonné est situé sur l’extrémité est de cette plage. En y accédant à marée basse, on y trouve des fossiles d’une qualité de préservation exceptionnelle : des récifs coraliens presqu’intacts, préservés dans du shale, un type de roche qui est plutôt friable et d’un vert-gris particulier. Une intéressante découverte qu’avait aussi décrit Northrop (1939). Ces fossiles proviennent de la formation de Bouleaux.

Vue depuis l’est de l’Anse à la Barbe.
Dans cette anse, plus on se déplace vers l’est, plus on retrouve de gros fossiles de coraux très bien préservés.
Bel exemplaire d’un corail de type Halysites.
Autre exemplaire d’un corail de type Halysites.
Amas de fossiles plutôt bien préservé.
Fragments de corail très bien préservés, dans un shale verdâtre.

Sur le recensement de Northrop, deux sites fossilifères additionnels étaient mentionnés dans cette localité : l’Anse à Acteson et Reddish Point. Le premier s’est avéré plutôt inaccessible pour notre exploration. Le second est seulement partiellement accessible et ce, à partir de la route du Havre au quai de Gascons. En allant sur ce quai, on y aperçoit à droite (vers l’Est), une muraille de roches bourgognes à brunes. Il y a aussi une tourelle rocheuse à cet endroit.

Vue des falaises bourgognes depuis le quai de Gascons.
Gros plan des falaises.

À certains endroits dans ce mur rocheux, on peut y trouver des nodules (ou concrétions). Des nodules, ce sont des roches qui se sont formées à cause d’une activité vivante bactérienne. C’est donc fort probable de trouver un reste fossile dans un nodule. Nous avons donc récupéré quelques nodules afin de les préparer pour satisfaire notre curiosité. Il y a plusieurs fossiles présents directement sur la plage du quai, déjà émoussés et prêts à ravir les yeux de ceux qui s’y intéressent!

Les sphères rocheuses (nodules) visibles dans cette image sont les fameux « nodules » ou concrétions, qui peuvent potentiellement contenir des restes fossiles.
À cet endroit, il y a des nodules, certes, mais aussi des fossiles bien exposés, comme cet exemplaire de corail du genre Favosites.
Un très bel exemplaire de trace de gastéropode a aussi été repéré dans les falaises, à marée basse.
Un exemplaire de corail du genre Halysites qui est suspensu au plafond d’une concavité de la falaise.

Pointe aux Bouleaux, une mer de fossiles géants

En continuant notre chemin vers l’Est, on croise le chemin Mercier, vers le sud, ce court chemin qui mène à ce que l’on appelle la Pointe aux Bouleaux. Cette pointe, en plus d’être un promontoire touristique fort intéressant, recèle une quantité phénoménale de fossiles de coraux. Qui plus est, ceux-ci sont d’une taille étonnante!

Un bien gros stromatoporoïde !
Petit fossile de corail bien préservé.

Pour trouver ces trésors, il faut s’aventurer, à partir de la pointe, vers la plage et regarder les affleurements situés sur la plage de l’Anse-aux-Gascons (Ouest). Si la chasse est infructueuse, il est aussi possible d’accéder à l’Anse à la Croix, située de l’autre côté (Est) de la Pointe aux Bouleaux. À cet endroit, les fossiles sont ancrés dans des roches et difficilement extraites. Les roches sont d’une couleur bourgogne à rouge.

Fossile de corail préservé de façon exceptionnelle.
Autre fossile de corail à préservation exceptionnelle.
Site à l’Est de la Pointe-aux-Bouleaux.

L’avant-dernier site fossilifère est accessible plus loin sur la route 132, vers l’est. Il faut emprunter la route Sinaï, derrière l’actuel marché Ami Do’ré. Cette route de gravier mène au centre d’une belle plage qui peut être scrutée à la loupe pour trouver des fossiles déjà émoussés par la mer, ainsi que la chance de trouver des agates et des jaspes.

La plage de la route Sinaï. Vue dirigée vers l’Ouest.
Plage de la route Sinaï, vue dirigée vers l’Est. C’est dans cette direction que l’embouchure du ruisseau Chouinard peut être retrouvée, mais des aptitudes d’escalade seront probablement de mise!

Toujours sur cette plage, deux choix s’offrent à vous : aller vers l’Est et rejoindre l’Anse-à-la-Croix pour y trouver d’autres exemplaires de fossiles géants, ou aller vers l’Ouest et rejoindre à marée basse, l’embouchure du ruisseau Chouinard qui est plutôt une petite chute sur un lit rocheux. En allant vers l’Ouest sur la berge vers l’embouchure du ruisseau, il est possible d’apercevoir de nombreux fossiles très bien préservés. Faites attention, la route pour se rendre à l’embouchure peut s’avérer difficile, pour aventuriers avertis seulement!

Sur les berges en route vers le ruisseau Chouinard. Fossile de corail tabulaire.
Sur les berges en route vers le ruisseau Chouinard. Fossile de corail tabulaire.
Sur les berges en route vers le ruisseau Chouinard. Fossile de corail de type Halysites.
L’embouchure du ruisseau Chouinard (à gauche).

Un dernier site, extrêmement pertinent pour la science est situé plus à l’Est, dans un endroit difficile d’accès. C’est l’holotype de la formation de La Vieille, dans l’Anse-à-la-Vieille, qui est porteuse de nombreux fossiles et dont certains sont d’une qualité de préservation exceptionnelle.

Fossile partiel de bivalve (coquillage).
Fossile fracturé de corail.
Empilement de bivalves fossilisés.
Fossile de bivalve (coquillage).
Cette falaise est pleine de fossiles de bivalves et de coraux, en morceaux ou complets. La vue n’est pas laide non plus, qu’en pensez-vous?

Voilà donc qui termine notre aventure au sein de la municipalité de Port-Daniel—Gascons, cette municipalité qui repose littéralement sur un récif de coraux anciens âgés de plus de 400 millions d’années! Nous avons donc jusqu’à maintenant dans nos billets précédents et celui-ci, décrit la ceinture récifale de la Baie-des-Chaleurs (le groupe rocheux Chaleurs) du Silurien, qui s’étend de New-Richmond jusqu’à Gascons (et visible à l’intérieur des terres entre ces deux municipalités).